France CURLING

Un investissement:

 -- Un scrapper de marque "Ice King" coûte environ 10 000 €
  -- Un nipper coûte environ 1200 €,
  -- Une pierre d'occasion coûte 300 €, une pierre neuve 500 €
  -- Un set de pebbling coûte 300 € avec ses 3 embouts

Le nipper:

C'est la version manuelle du scrapper. Il sert essentiellement à couper les têtes du pebble pour égaliser la surface de glissement. Certains clubs l'utilisent entre les matches pour supprimer les restes de pebble avant de le refaire.

La patinoire:

scrapper de curling nipper de curling

En France, pas de halle de curling comme en Suisse ou au Canada.
La pratique du curling se fait sur une patinoire. Autant le dire tout de suite, cela devient du "C.T.T.", du "curling tout terrain".
Il est normal de trouver des dénivellés de 60 mm entre les qutre coins d'une patinoire ! Et vous aurez beau passer et repasser le scrapper, rien n'y fera.

Le scrapper, appelé aussi Ice-King est une béte étrange inventée par les canadiens. C'est une sorte de motoculteur qui pousse une lame pour racler la glace. Le principe est dérivé des surfaceuses à glace et en particulier la position de la lame. L'usage montre que ce genre d'engin n'est pas très efficace. Il faut de nombreux passages pour avoir une surface à peu près plane.
Le problème est justement dans l'adjectif "plane", car plane ne veut pas dire "horizontale". Avec les dénivellés de 60 mm possibles sur une patinoire, la surface sera "inclinée".

En fait, le problème principal réside dans le surfaçage de la glace par la "Zamboni", cette machine étrange qui vient surfacer la glace de la patinoire.
Dans un premier temps, elle vient étaler une couche d'eau chaude pour "refaire" la glace et enlever toute trace de patinage.
Cette opération donne une belle glace bien brillante, parfaite pour le patinage, mais pas pour le curling. L'eau déposée précedemment va se solidifier en se dilatant et faire des bosses.
Pour le curling, la surfaceuse peut venir racler à sec, avec une lame coupante pour égaliser les bosses.
Là, on pourrait croire que la glace est parfaite. Pas encore, car la surfaceuse pèse plus de trois tonnes et laisse des traces.
Les curleurs français sont habitués à cette situation et finissent par savoir en jouer.

effet de sillon des surfaceuses de patinoire
déformation de la lame de surfaceuse de patinoire
En analysant le problème, on constate essentiellement deux cas de figure:
scrapper de curling

Mais l'avenir est peut-être prometteur: Une entreprise canadienne a commercialisé un appareil corrigeant les défauts de planéité d'une patinoire: le Level-Ice. Il consiste à placer la lame de la surfaceuse sur un chariot vertical et à entrainer ce dernier à l'aide d'un vérin électrique. Un faisceau laser installé sur le bord de la patinoire envoie les informations à une récepteur positionné en haut d'un mat sur la surfaceuse.
A première vue, cela semble être un gadget onéreux. Mais les premières installations donnent satisfaction aux gérants de patinoires car ce système permet de sérieuses économies par la réduction de la hauteur de glace.
Pour le curling, cet appareil permettra d'avoir une glace horizontale, mais pas forcément plane.
Zamboni, le principal fabricant de surfaceuses vient d'adopter ce matériel dans sa gamme, preuve de son efficacité. A quand une première installation en France ?